LE PALAIS

CONCEPT ET HISTOIRE

Il était une fois un somptueux palais qui avait été bâti en 1781 et où l’aristocratie et les bons-vivants dansaient, se réunissaient autour de banquets raffinés et contemplaient des œuvres d’art inédites. Un palais bien distinct, autant par son architecture svelte que par son histoire et son vécu, qui a logé des personnalités irrévérentes associées à l’origine de mots tels que « farrabodó » (fête) ou de la célèbre expression « à grande e à francesa » (en grande pompe). 




  • 1726

    Le 25 novembre, appartenant alors à D. Franciso de Paula de Portugal e Castro, 8e Comte de Vimioso et 2e Marquis de Valence, le palais est
    réduit à un immense tas de ruines suite à un violent incendie.
    (...)

  • 1777

    Le 2 juin, Luís Rebelo de Quintela (?- 1782), juge de la Cour auprès de la Casa da Suplicação et conseiller de la Cour d'appel de ce tribunal, achète à l'Irmandade do Sacramento, de la paroisse civile d'Encarnação, les terrains qui accueillent la 1ère, la 2e et une partie de la 3e propriété de la Rua do Alecrim, ainsi qu'une partie de la Nouvelle corderie et les écuries de la Cour royale, situées à la l'intérieur de la Cerca Fernandina, sur 44,66 m de façade et 47,52 m de profondeur, jusqu'à la Rua do Tesouro (actuellement António Maria Cardoso), où l'on retrouve les ruines de cette demeure.
    (...)

  • 1801

    Le 11 décembre, au Palais de la Rua do Alecrim, nait le futur 2e Baron de Quintela, baptisé sous le nom de Joaquim Pedro de Quintela, 1er Comte de Farrobo. Une figure qui, malgré son importance dans la vie politique, sociale et culturelle du Portugal, restera à jamais dans les mémoires pour ses excès et ses festins démesurés. La célèbre expression « farrobodó » (fête) est intrinsèquement associée au Palais.
    (...)

  • 1807

    Junot est à l'origine de l'expression « à grande e à francesa » (en grande pompe). Pendant les neuf mois de l'invasion française, le général Junot (1771-1813) fait du Palais Quintela son quartier-général et sa résidence officielle. Le Portugal a fini par être dévasté par les troupes gauloises, qui y ont pratiqué les plus affreuses atrocités. Mais, dans l'indifférence totale envers la pénurie et la misère que les envahisseurs avaient également provoquées à Lisbonne, Junot s'est installé au Palais Quintela, dans la Rua do Alecrim, y menant sans aucune pudeur une vie en grande pompe « à la française ».
    (...)

  • 1808

    Les Ducs d'Abrantes, Junot et Laura Permon ont organisé des fêtes et des bals au Palais Quintela ; celle organisée pour l'Épiphanie étant marquée dans les esprits.
    (...)

  • 1822

    Agrandissement significatif du palais, sous la direction de l'architecte Joannes Baptista Hilbrath. Ont également participé au projet le stucateur Félix Salla, le décorateur Giuseppe Cinatti (1808-1879) et les peintres António Manuel da Fonseca (1796-1890) et Cirilo Volkmar Machado (1748-1823). C'est à cette époque que les tunnels qui mènent au Théâtre São Carlos et au Cais do Sodré ont été construits.
    (...)

  • 1828

    En 1828, bien avant l'airbnb, le Palais était exploité, une partie étant louée au Consul de France.
    (...)

  • 1832

    Le décret de D. Miguel, du 15 mars, a destitué Joaquim Pedro Quintela de toutes les honneurs, privilèges et droits. Il s'est alors vu contraint de fuir à bord d'un navire anglais qui se trouvait sur le Tage pour échapper à la prison. Le drapeau anglais est hissé au palais, afin d'éviter le pillage par les partisans de D. Miguel. Le Baron a contribué à la cause de D. Pedro IV, avec un emprunt de 30 000 livres sterling, raison pour laquelle D. Miguel lui ordonne de quitter Lisbonne dans un délai de 24 heures. Il se voit alors contraint de vendre tous ses biens immobiliers au Lord William Russel, son ami, et se réfugie sous le faux nom de M. Smith chez Diogo Carlos Duff, un autre ami anglais.
    (...)

  • 1869

    Le 1er Comte de Farrobo, Joaquim Pedro de Quintela, décède le 24 septembre, dans sa résidence Calçada do Alecrim. Suite à la faillite de Quintela-Farrabo, il est alors loué en intégralité mais ne perd jamais toute sa classe. De 1873 à 1874, il abrite le forum littéraire. (...)

  • 1874

    Suite à une longue procédure judiciaire de 30 ans et qui dicte la chute de l'empire de la maison Quintela-Farrobo, le palais de la Calçada do Alecrim est vendu aux enchères. Il est alors acquis par le capitaliste et commandeur Francisco Augusto Mendes Monteiro, qui a émigré au Brésil, où il a épousé Ana Thereza Carolina de Carvalho, également émigrée portugaise. Il a hérité d'une grande fortune familiale, bâtie par son grand-père maternel qui détenait le monopole du commerce des cafés, des pierres précieuses et des transports maritimes entre le Brésil et le Portugal.
    Le fils de Francisco Augusto Mendes Monteiro, António Augusto Carvalho Monteiro, l'illustre « Monteiro des millions », héritier d'une grande fortune, vient très tôt au Portugal avec ses parents. Il épouse Perpetua Augusta Carvalho Monteiro, retourne au Brésil et revient définitivement au Portugal en 1876. Il s'installe au Palais Quintela Farrobo, situé au nº 70 de la Rua do Alecrim, que son père Francisco Augusto avait acquis aux héritiers du Baron de Quintela et Comte Farrobo. C'est à cette figure excentrique de la culture que l'on doit les dernières grandes interventions artistiques au Palais, avec la construction de l'admirable Quinta da Regaleira. Il faisait d'étonnantes demandes à l'architecte italien Luigi Manini : il a souhaité que la porte de son monument funéraire, situé dans le cimetière de Prazeres, également rempli de symboles, puisse s'ouvrir avec la même clé qui ouvrait la Quinta da Regaleira et son Palais de Lisbonne, situé Rua do Alecrim. António Augusto Carvalho Monteiro rassemble dans le Palais toute sa bibliothèque et ses précieuses collections d'art (peinture, sculpture, iconographie, joaillerie, horlogerie), de sciences naturelles (entomologie, malacologie, ornithologie, herbier, etc.), etc. Sa collection de lépidoptères, la deuxième plus importante au monde, compte des milliers et des milliers d'espèces, certaines recueillies au Palais par António Augusto Carvalho Monteiro lui-même. Sa collection de malacologie comprenait près de 10 000 espèces. L'herbier sera considéré d'une importance remarquable, ainsi que la collection de colibris.
    Les trottoirs en pavé qui accompagnent les immeubles qui appartenaient à AACM, dans la ville de Lisbonne (comme dans la Quinta da Regaleira) sont revêtus d'hexalfas en basalte sur fond blanc.
    (...)

  • 1915

    Installé au Palais Quintela, la collection du musée instrumental portugais contient près de cinq cent instruments de musique. Les instruments collectionnés par Alfredo Keil et ceux de la collection Lambertini (acquis par Carvalho Monteiro) augmentent de manière significative la collection qui appartient au maître de la maison, et à divers donateurs et dépositaires. Michel’Angelo Lambertini est alors chargé de diriger le musée instrumental portugais jusqu'à ce qu'il soit acquis par le Conservatoire national, en 1931. (...)

  • 1923

    D'après le partage de son patrimoine, cette propriété est cédée à son fils, Pedro Augusto de Carvalho Monteiro, et le Palais Quintela, d'une valeur de 630 000 escudos, à sa fille, maria de melo de Carvalho Monteiro.
    (...)

  • 1927

    Maria da Nazaré Monteiro de Almeida épouse D. Sebastião José de Carvalho Daun e Lorena – 8e Marquis de Pombal (1903-1965), le 18 avril. De cette union sont issus Francisco de Carvalho Daun e Lorena (1928-1929) et Manuel Sebastião de Almeida de Carvalho Daun e Lorena (1930).
    (...)

  • 1929

    Maria de Melo Carvalho Monteiro décède et cède la propriété du palais à sa fille, Maria da Nazaré Monteiro de Almeida, alors épouse du 8e Marquis de Pombal.
    (...)

  • 1930

    Manuel Sebastião de Almeida de Carvalho Daun e Lorena, petit-fils d'António Carvalho Monteiro et futur 9e Marquis de Pombal, naît et est baptisé au Palais.
    (...)

  • 1970

    Au terme du contrat d'Augusto Ataíde, le partie du Palais Quintela est louée à l'IADE. L'Institut des Arts et de la Décoration - École internationale de décorateurs transfert ses installations, alors au nº 77 de la Rua das Flores, n. 77. Les professeurs et collaborateurs de l'IADE seront alors d'éminents acteurs et intervenants dans les arts plastiques, au Portugal, parmi lesquels : Lima de Freitas, Manuel Lapa, Manuel Costa Martins, Manuel da Costa Cabral, Rafael Salinas Calado, Eduardo Nery, António Pedro, Egídio Álvaro, João Vieira, Keil do Amaral, Artur Rosa, Júlio Gil, Jorge Viana, Manuel Rio de Carvalho, António de Macedo, Fernando Garcia, Jorge Listopad, Artur Anselmo, Henrique Tavares e Castro, etc., ainsi que certains designers internationaux d'envergure, tels que Bruno Munari, John David Bear, ou Claude Ternat.
    (...)

  • 2014

    Le Palais Quintela renaît grâce à trois associés qui ont vu en l'espace une opportunité commerciale unique et ont souhaité y développer n concept original et inédit pour la capitale. Ce fut un projet long et difficile, entouré de forts partenaires, qui a fini par voir le jour après plus d'un an et demi de labeur.
    La restauration des peintures et vitraux fut la première priorité, en conservant les traits originaux et en restant fidèle au passé historique. Au niveau de l'architecture, Frederico Valsassina a conçu un projet où classique et moderne sont en parfaite harmonie. La décoration de l’espace a été confiée à l'architecte Catarina Cabral, qui a recherché des pièces sobres et intemporelles, capables de s'insérer dans l'ambiance du Palais, sans toutefois empiéter sur la prestance de ses détails et de ses fresques. 
    (...)

  • 2016

    L'histoire de ce Palais raffiné demeure et le rattrape en 2016, en en faisant une échappatoire à la routine quotidienne, dans une « fuite extravagante à toute la banalité ».
    Dans le Palais Chiado, les salles centenaires accueillent désormais des alternatives en restauration raffinée et divertissement, destinées à tous ceux qui souhaitent échapper au quotidien de la capitale lisboète, et à ceux qui la visite. Espace de référence dans la ville, il s'affiche comme un lieu cosmopolite, habité par l'histoire et la modernité d'une façon intemporelle.
    (...)

  • 1726

    25 NOVEMBRE

    Le 25 novembre, appartenant alors à D. Franciso de Paula de Portugal e Castro, 8e Comte de Vimioso et 2e Marquis de Valence, le palais est
    réduit à un immense tas de ruines suite à un violent incendie.

  • 1777

    2 JUIN

    Le 2 juin, Luís Rebelo de Quintela (?- 1782), juge de la Cour auprès de la Casa da Suplicação et conseiller de la Cour d'appel de ce tribunal, achète à l'Irmandade do Sacramento, de la paroisse civile d'Encarnação, les terrains qui accueillent la 1ère, la 2e et une partie de la 3e propriété de la Rua do Alecrim, ainsi qu'une partie de la Nouvelle corderie et les écuries de la Cour royale, situées à la l'intérieur de la Cerca Fernandina, sur 44,66 m de façade et 47,52 m de profondeur, jusqu'à la Rua do Tesouro (actuellement António Maria Cardoso), où l'on retrouve les ruines de cette demeure.

  • 1801

    11 DÉCEMBRE

    Le 11 décembre, au Palais de la Rua do Alecrim, nait le futur 2e Baron de Quintela, baptisé sous le nom de Joaquim Pedro de Quintela, 1er Comte de Farrobo. Une figure qui, malgré son importance dans la vie politique, sociale et culturelle du Portugal, restera à jamais dans les mémoires pour ses excès et ses festins démesurés. La célèbre expression « farrobodó » (fête) est intrinsèquement associée au Palais.

  • 1807

    11 DÉCEMBRE

    Junot est à l'origine de l'expression « à grande e à francesa » (en grande pompe). Pendant les neuf mois de l'invasion française, le général Junot (1771-1813) fait du Palais Quintela son quartier-général et sa résidence officielle. Le Portugal a fini par être dévasté par les troupes gauloises, qui y ont pratiqué les plus affreuses atrocités. Mais, dans l'indifférence totale envers la pénurie et la misère que les envahisseurs avaient également provoquées à Lisbonne, Junot s'est installé au Palais Quintela, dans la Rua do Alecrim, y menant sans aucune pudeur une vie en grande pompe « à la française ».

  • 1808

    MARS

    Les Ducs d'Abrantes, Junot et Laura Permon ont organisé des fêtes et des bals au Palais Quintela ; celle organisée pour l'Épiphanie étant marquée dans les esprits.

  • 1822

    AVRIL

    Agrandissement significatif du palais, sous la direction de l'architecte Joannes Baptista Hilbrath. Ont également participé au projet le stucateur Félix Salla, le décorateur Giuseppe Cinatti (1808-1879) et les peintres António Manuel da Fonseca (1796-1890) et Cirilo Volkmar Machado (1748-1823). C'est à cette époque que les tunnels qui mènent au Théâtre São Carlos et au Cais do Sodré ont été construits.

  • 1828

    MAI

    En 1828, bien avant l'airbnb, le Palais était exploité, une partie étant louée au Consul de France.

  • 1832

    15 MARS

    Le décret de D. Miguel, du 15 mars, a destitué Joaquim Pedro Quintela de toutes les honneurs, privilèges et droits. Il s'est alors vu contraint de fuir à bord d'un navire anglais qui se trouvait sur le Tage pour échapper à la prison. Le drapeau anglais est hissé au palais, afin d'éviter le pillage par les partisans de D. Miguel. Le Baron a contribué à la cause de D. Pedro IV, avec un emprunt de 30 000 livres sterling, raison pour laquelle D. Miguel lui ordonne de quitter Lisbonne dans un délai de 24 heures. Il se voit alors contraint de vendre tous ses biens immobiliers au Lord William Russel, son ami, et se réfugie sous le faux nom de M. Smith chez Diogo Carlos Duff, un autre ami anglais.

  • 1869

    24 SEPTEMBRE

    Le 1er Comte de Farrobo, Joaquim Pedro de Quintela, décède le 24 septembre, dans sa résidence Calçada do Alecrim. Suite à la faillite de Quintela-Farrabo, il est alors loué en intégralité mais ne perd jamais toute sa classe. De 1873 à 1874, il abrite le forum littéraire.

  • 1874

    OCTOBRE

    Suite à une longue procédure judiciaire de 30 ans et qui dicte la chute de l'empire de la maison Quintela-Farrobo, le palais de la Calçada do Alecrim est vendu aux enchères. Il est alors acquis par le capitaliste et commandeur Francisco Augusto Mendes Monteiro, qui a émigré au Brésil, où il a épousé Ana Thereza Carolina de Carvalho, également émigrée portugaise. Il a hérité d'une grande fortune familiale, bâtie par son grand-père maternel qui détenait le monopole du commerce des cafés, des pierres précieuses et des transports maritimes entre le Brésil et le Portugal.
    Le fils de Francisco Augusto Mendes Monteiro, António Augusto Carvalho Monteiro, l'illustre « Monteiro des millions », héritier d'une grande fortune, vient très tôt au Portugal avec ses parents. Il épouse Perpetua Augusta Carvalho Monteiro, retourne au Brésil et revient définitivement au Portugal en 1876. Il s'installe au Palais Quintela Farrobo, situé au nº 70 de la Rua do Alecrim, que son père Francisco Augusto avait acquis aux héritiers du Baron de Quintela et Comte Farrobo. C'est à cette figure excentrique de la culture que l'on doit les dernières grandes interventions artistiques au Palais, avec la construction de l'admirable Quinta da Regaleira. Il faisait d'étonnantes demandes à l'architecte italien Luigi Manini : il a souhaité que la porte de son monument funéraire, situé dans le cimetière de Prazeres, également rempli de symboles, puisse s'ouvrir avec la même clé qui ouvrait la Quinta da Regaleira et son Palais de Lisbonne, situé Rua do Alecrim. António Augusto Carvalho Monteiro rassemble dans le Palais toute sa bibliothèque et ses précieuses collections d'art (peinture, sculpture, iconographie, joaillerie, horlogerie), de sciences naturelles (entomologie, malacologie, ornithologie, herbier, etc.), etc. Sa collection de lépidoptères, la deuxième plus importante au monde, compte des milliers et des milliers d'espèces, certaines recueillies au Palais par António Augusto Carvalho Monteiro lui-même. Sa collection de malacologie comprenait près de 10 000 espèces. L'herbier sera considéré d'une importance remarquable, ainsi que la collection de colibris.
    Les trottoirs en pavé qui accompagnent les immeubles qui appartenaient à AACM, dans la ville de Lisbonne (comme dans la Quinta da Regaleira) sont revêtus d'hexalfas en basalte sur fond blanc.

  • 1915

    Installé au Palais Quintela, la collection du musée instrumental portugais contient près de cinq cent instruments de musique. Les instruments collectionnés par Alfredo Keil et ceux de la collection Lambertini (acquis par Carvalho Monteiro) augmentent de manière significative la collection qui appartient au maître de la maison, et à divers donateurs et dépositaires. Michel’Angelo Lambertini est alors chargé de diriger le musée instrumental portugais jusqu'à ce qu'il soit acquis par le Conservatoire national, en 1931.

  • 1923

    D'après le partage de son patrimoine, cette propriété est cédée à son fils, Pedro Augusto de Carvalho Monteiro, et le Palais Quintela, d'une valeur de 630 000 escudos, à sa fille, maria de melo de Carvalho Monteiro.

  • 1927

    18 AVRIL

    Maria da Nazaré Monteiro de Almeida épouse D. Sebastião José de Carvalho Daun e Lorena – 8e Marquis de Pombal (1903-1965), le 18 avril. De cette union sont issus Francisco de Carvalho Daun e Lorena (1928-1929) et Manuel Sebastião de Almeida de Carvalho Daun e Lorena (1930).

  • 1929

    Maria de Melo Carvalho Monteiro décède et cède la propriété du palais à sa fille, Maria da Nazaré Monteiro de Almeida, alors épouse du 8e Marquis de Pombal.

  • 1930

    Manuel Sebastião de Almeida de Carvalho Daun e Lorena, petit-fils d'António Carvalho Monteiro et futur 9e Marquis de Pombal, naît et est baptisé au Palais.

  • 1970

    Au terme du contrat d'Augusto Ataíde, le partie du Palais Quintela est louée à l'IADE. L'Institut des Arts et de la Décoration - École internationale de décorateurs transfert ses installations, alors au nº 77 de la Rua das Flores, n. 77. Les professeurs et collaborateurs de l'IADE seront alors d'éminents acteurs et intervenants dans les arts plastiques, au Portugal, parmi lesquels : Lima de Freitas, Manuel Lapa, Manuel Costa Martins, Manuel da Costa Cabral, Rafael Salinas Calado, Eduardo Nery, António Pedro, Egídio Álvaro, João Vieira, Keil do Amaral, Artur Rosa, Júlio Gil, Jorge Viana, Manuel Rio de Carvalho, António de Macedo, Fernando Garcia, Jorge Listopad, Artur Anselmo, Henrique Tavares e Castro, etc., ainsi que certains designers internationaux d'envergure, tels que Bruno Munari, John David Bear, ou Claude Ternat.

  • 2014

    Le Palais Quintela renaît grâce à trois associés qui ont vu en l'espace une opportunité commerciale unique et ont souhaité y développer n concept original et inédit pour la capitale. Ce fut un projet long et difficile, entouré de forts partenaires, qui a fini par voir le jour après plus d'un an et demi de labeur.
    La restauration des peintures et vitraux fut la première priorité, en conservant les traits originaux et en restant fidèle au passé historique. Au niveau de l'architecture, Frederico Valsassina a conçu un projet où classique et moderne sont en parfaite harmonie. La décoration de l’espace a été confiée à l'architecte Catarina Cabral, qui a recherché des pièces sobres et intemporelles, capables de s'insérer dans l'ambiance du Palais, sans toutefois empiéter sur la prestance de ses détails et de ses fresques. 

  • 2016

    L'histoire de ce Palais raffiné demeure et le rattrape en 2016, en en faisant une échappatoire à la routine quotidienne, dans une « fuite extravagante à toute la banalité ».
    Dans le Palais Chiado, les salles centenaires accueillent désormais des alternatives en restauration raffinée et divertissement, destinées à tous ceux qui souhaitent échapper au quotidien de la capitale lisboète, et à ceux qui la visite. Espace de référence dans la ville, il s'affiche comme un lieu cosmopolite, habité par l'histoire et la modernité d'une façon intemporelle.